Evaluation par compétences

    Beaucoup d’élèves et leurs parents se comportent en consommateurs attendant une note comme on attend une rétribution : « tout travail mérite salaire »... Peut-on les en blâmer ? L’institution s’est chargée, depuis qu’ils la fréquentent, de leur apprendre les règles de cette course à la note ; les premiers arrivés seront les mieux servis en terme de choix d’orientation, de diplôme, de valorisation sociale.

    L’institution néanmoins s’inquiète de la violence scolaire, nous apprend, à nous enseignants, qu’il faut combattre l’échec scolaire (comme on réduirait la « fracture sociale » ?), et instaure, à des moments clés de la scolarité (CE2, 6e, 2de), un système d’évaluation nationale qui propose une réflexion très élaborée sur les savoirs et les compétences des élèves. Mais les élèves, les parents et l’institution sont réticents pour généraliser l’évaluation par les compétences, et ils réclament toujours, in fine, une note sur le bulletin mais pour combien de temps...

    L’utilisation des notes chiffrées engendre des effets négatifs non négligeables. La note qu’elle soit bonne ou mauvaise est toujours plus importante que sa signification. Plutôt que d’insister sur ce qu’il sait ou ne sait pas et de comprendre l’origine de ses difficultés quand il est en échec, on dira d’un élève qu’il est bon ou mauvais : le jugement de valeur est inévitable. Bien entendu, les professeurs relativisent ces notes dans leurs annotations à l’écrit, et à l’oral dans les réunions et conseils. Mais la place réservée aux appréciations dans les logiciels de traitement des bulletins est insuffisante. On reproche souvent aux professeurs leurs remarques lapidaires et le fameux « peut mieux faire ». Cependant s’il est vrai qu’une véritable formation des enseignants s’impose pour qu’ils soient conscients des conséquences psychologiques que peuvent avoir certaines remarques, il n’en demeure pas moins que la place laissée aux appréciations permet rarement une explication complète et nuancée des problèmes.
    Mais l’élève lit-il les appréciations, s’approprie-t-il le sens de la note ? La plupart du temps, quel que soit son niveau, il regarde le chiffre inscrit en rouge sur sa copie et se contente de cela. En dépit de ce que souhaiteraient nombre d’enseignants, la note reste un « salaire » et n’a pas pour fonction d’estimer un niveau de compétences.

    On sait que l’apprentissage est un processus qui implique une large part d’affectif et qu’une attitude positive apparaît comme un élément déterminant de la réussite et de l’efficacité de la transmission des savoirs. L’échec scolaire est très souvent signalé par les adolescents comme un événement à l’origine de l’abattement, et les adultes, lorsqu’ils sont dépressifs, ancrent leur malaise dans des expériences anciennes.

Mais que faire pour mettre en place une évolution par compétences ?

    Il faut créer soit même une grille d'évolution et ne pas être trop ambitieux. Rien ne sert d'évaluer 10 compétences dans un contrôle. Plutôt faire peu de compétences mais plus fréquemment. Ca prend du temps au début mais une fois la machine en route ça ne prend pas plus de temps que la notation chiffrée. 

    Le degré de maîtrise des composantes du socle commun est apprécié, à la fin des cycles d'enseignement  2, 3 et 4, sur une échelle de quatre niveaux :

           • le niveau 1 de l'échelle (« maîtrise insuffisante ») correspond à des compétences non acquises au regard du cycle considéré ;

           • le niveau 2 (« maîtrise fragile ») correspond à des savoirs ou des compétences qui doivent encore être étayés ;

           • le niveau 3 (« maîtrise satisfaisante ») est le niveau attendu en fin de cycle, c'est lui qui permet de valider à la fin du cycle 4 l'acquisition du socle commun ;

           • le niveau 4 (« très bonne maîtrise ») correspond à une maîtrise particulièrement affirmée de la compétence, qui va au-delà des attentes pour le cycle.

Les fichiers ci-dessous représentent les compétences pour chaque cycle ainsi qu'un tableau pour le suivi des compétences par élève.

Fichier compétences collège (cycle 3 et cycle 4)

Fichier suivi collège

(cycle 3 et cycle 4)